Infiltrations

Le principe d’une infiltration est d’injecter au sein d’une articulation, d’une gaine tendineuse ou du canal lombaire des corticoïdes visant à diminuer l’inflammation locale. Le produit étant ainsi très concentré localement, le principe est plus actif que les anti-inflammatoires pris par voie orale.

Comment se passe une infiltration ?

Une infiltration guidée radiologiquement peut être réalisée sous différentes modalités : radioscopie, échographie ou scanner. C’est le médecin radiologue qui jugera de la meilleure technique en fonction de la zone à infiltrer et le rendez-vous sera alors fixé par le secrétariat. Vous recevrez une ordonnance précisant la liste des produits à retirer en pharmacie pour le jour de l’examen.

Le jour de l’examen, il n’y a pas de précaution particulière à prendre. Une simple douche le jour même suffit. Vous devez emmener avec vous vos précédentes imageries. A votre arrivée au cabinet, vous serez pris en charge par une manipulatrice. Vous devez signaler toute allergie , infection en cours, trouble de la coagulation et traitement par anti-coagulants ou aspirine. Vous serez alors installé dans la salle d’examen. Ensuite, le radiologue étudiera votre dossier et débutera le geste d’infiltration. Il repère dans un premier temps la zone à infiltrer puis procède à la désinfection locale. Le geste est réalisé en condition stérile.

L’aiguille est mise en place sous contrôle permanent dans la zone douloureuse. Une anesthésie locale à la Xylocaïne est effectuée. L’injection de produit de contraste (Hexabrix) permet de confirmer la bonne position de l’aiguille. Le produit cortisonné (Altim, Hydrocortancyl ou Diprostène) est alors injecté. Une seule piqûre est réalisée pour l’ensemble de ces produits. Parfois, votre médecin peut vous prescrire de l’acide hyaluronique (Synvisc, Hyalgan,…) : celui ci sera introduit dans le même temps, toujours avec la même aiguille.

Après 30 minutes de repos dans le cabinet, vous récupérez l’ensemble de votre dossier et le compte rendu de l’infiltration.

Quelles sont les suites d’une infiltration ?

Dans les 48 heures suivant l’infiltration, il peut y avoir une discrète augmentation des douleurs. La prise des antalgiques habituels est recommandée pendant cette période.

Ensuite les corticoïdes vont faire effet et vous devez sentir une amélioration rapide voir une disparition des douleurs. Il est recommandé pendant les 48 premières heures de ne pas avoir d’activité trop intense afin de laisser le produit agir localement. L’efficacité d’une infiltration est variable selon les cas et la pathologie. Elle peut être renouvelée deux ou trois fois.

Quelles sont les complications possibles ?

  • Une infection peut survenir mais elle très rare ; toutes les précautions sont prises (matériel stérile, désinfection) afin de l’éviter. Si des signes d’infection apparaissent (fièvre, douleur intense, rougeur locale) vous devez les signaler immédiatement à votre médecin en lui précisant que vous avez eu récemment une infiltration.
  • Un malaise vagal (sueurs, malaise) peut survenir lors de l’infiltration mais il est toujours bénin. La simple sur-élévation des jambes permet de régler ce problème
  • Pour les infiltrations de la colonne lombaire , une brèche durale est possible. Elle se traduit par des nausées et céphalées qui disparaissent en position couchée. Un repos allongé, des boissons abondantes et des antalgiques simples permettent le plus souvent de faire disparaître les symptômes. En cas de persistance, vous devrez contacter votre médecin. Une autre complication, exceptionnelle, est l’hématome épidural ; c’est la raison pour laquelle vous devez signaler tout trouble de la coagulation. Avant, pendant ou après chaque infiltration votre médecin radiologue pourra répondre à vos questions.